Ecoutez Radio Campus Paris (93.9 FM) jeudi 24 mai !

Entre 19h et 20h, dans La Matinale, je vous parlerai de…

Et entre 20h et 21h, dans Livres et Vous, de…

Publicités

La passionnante Bouille

La Bouille, c’est un journal, un carnet de bord… Celui de Jean Marc Troubet – dit Troubs – qui a suivi, de septembre 1999 à mai 2000, de ferme en ferme, de la Dordogne à la Charente, une saison… de bouille. Alors kézako ? La saison de la bouille, c’est la période de l’année durant laquelle le bouilleur, le distillateur ambulant, celui qui possède l’alambic, la machine à produire de l’eau de vie, installe son atelier dans différentes communes, les visite les unes après les autres, afin d’offrir ses services. Observant, dessinant, racontant, Troubs a fait plus que « simplement » suivre cette saison 1999 – 2000, il y a participé. Occasion pour lui – et, de fait, pour le lecteur – de faire de jolies rencontres, parfois très atypiques. La bouille, pour les paysans du coin, c’est l’occasion de voir du monde, de discuter autour de l’alambic, d’évoquer les souvenirs… avec, toujours, un bon petit verre. Si c’est bien une pratique agricole traditionnelle, c’est aussi – et peut-être surtout –  un lieu de rendez-vous. Et Troubs a vraiment réussi à saisir ces « moments » ; à les saisir et mieux encore, à les faire partager. Présent, il ne cherche pas la confidence, il n’interroge pas ; il se fait espion discret. Le résultat : une grande authenticité, beaucoup d’humanité.

A côté de ces rencontres, il y a aussi le constat – bien plus amer – de ce que ce métier est voué à disparaitre. D’ailleurs, l’aventure se termine sur cette question de Troubs : « Mais alors, un jour, y’aura plus que de la gnôle de supermarché ? » ; et Alain, le bouilleur, de répondre : « Ouais, rabaissée à 40°, ça vaut rien. » Triste constat (message personnel : « tata, tu m’en gardes une bouteille hein ?)

Coté dessin, là aussi, impossible de ne pas tomber sous le charme. Par celui-ci aussi transparait l’humanisme de ce livre. Troubs manie très bien son noir et blanc, joue avec les contrastes, les lueurs de l’aube, l’éclairage des flammes… Il dessine aussi bien les petites vignettes qui viennent illustrer, ponctuer, son journal de bord, que les grands dessins plus détaillés grâce auxquels on prend plus pleinement la mesure de son talent.

La Bouille est à la fois simple et drôle, humble et touchant. Passionnant.

La bouille

De Troubs

Chez Rackham

Pas facile de devenir un super héros comme papa !

Une très bonne surprise que cet album de l’Esbroufe. Juste dans les rapports humains. Étonnant et détonnant dans le  fantastique. Un très bon mélange des genres servi par un dessin en noir et blanc très vivant, proche du manga. Un album directement inspiré des comics ; une inspiration bien digérée, enrichie, personnalisée. Tome 2 attendu avec impatience.

 

Big Crunch Tome 1 – Cosmos ne répond plus

De Rémi Gourrierec

Chez Delcourt – Collection Shampooing